AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarLe Parasite


Messages : 30
points d'esprit : 106
MessageSujet: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Sam 15 Mar - 16:02

Les ténèbres s'étendaient à l'infini, laissant seulement quelques formes être perçues par les yeux malvenus. Celles des objets bientôt déchargés de toute énergie, bientôt défait de toute lumière, ce jusqu'à ce qu'ils ne fassent plus qu'un avec les ténèbres. Le néant. Le rien de l’inexistence qui y perd elle même son sens.
Des objets. Que des objets mourant à perte de vue. Si ça n'en avait pas la forme, l'idée d'un cimetière réussissait avec gaieté à s'incruster dans les esprits : le silence était de mort et les ténèbres d'abysses.

Dans ce brouillard noir, une forme étrangement vive et colorée se mit à trembler.
Le Parasite.
Il ne se fondait guère dans le décors. Sa puissance rayonnait. Il n'allait pas périr de si tôt dans cet endroit avec tout l'esprit qu'il avait gagner dans la dimension des songes. Cependant, rayonnait aussi sa panique. Une peur intense, pourtant rare chez un être de son envergure : un stratège intouchable aussi vieux que la création.
Que pouvait-il bien faire ici ? Lui ? Probablement que l'inactivité récente des esprits de la dimension l'avait fait mourir d'ennui au point de devenir comme eux... Une idée qui ne lui était pas agréable. La prochaine fois, probablement qu'il irait tenir compagnie au maître des dimensions malgré son caractère désagréable plutôt que de se laisser happer par le néant.

[prière d'attendre l'ouverture de l'event avant de répondre]


Dernière édition par Le Parasite le Lun 24 Mar - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-dimension.forums-rpg.com/
avatarSienne Carmin


Messages : 81
points d'esprit : 88

Feuille de personnage
:
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Dim 23 Mar - 23:00

Thème musical pour ce post
Précédent topic pour Pepel et Sienne : Sur le comptoir de l'univers

Argh. Sienne avait l'impression d'être passée dans une machine à laver. Le fait d'être allongée par terre avec ce sentiment d'avoir été mentalement tabassée n'était pas sans lui laisser une amère sensation de déjà vu. Comme la première fois, elle se redressa sur son séant et se prit un instant la tête entre les mains avant de regarder autours d'elle. Cette fois-ci, elle ne s'était pas échouée sur une route en ruines : tout autours d'elle était sombre ; elle ne comprenait d'ailleurs pas comment elle arrivait à distinguer les vagues formes d'objets hétéroclites qui l'entouraient : aucune source de lumière n'était identifiable. Soit. Pas de lumière ? Pas son problème. La punkette avait d'autres soucis plus pressants : elle ignorait combien de temps elle avait passé dans ce foutu... truc... rose et lumineux qui les avait happés, Pepel et elle : qu'était-il donc arrivé à son nouvel associé ? Cherchant à tâtons autours d'elle, la jeune femme se frappa le front du plat de la main tout en se maudissant de sa lenteur d'esprit, avant de faire apparaître une lampe de poche dans sa main droite. Ainsi outillée, elle reprit ses recherches et n'eut pas besoin de plus de quelques secondes avant d'en trouver la cible, allongé par terre à trois mètres à peine. Elle le saisit par l'épaule et le secoua sans ménagement.

_Hé, ça va, mon gars ? Allez, debout ! T'es pas fragile à ce point, quand même
!

Alors qu'elle levait la tête pour tenter de repérer les lieux où ils se trouvaient et une éventuelle sortie, la brute à crinière colorée aperçut une lumière vive et colorée, quelques dizaines de mètres plus loin. Un petit objet en était la source. Ça oscillait, ça battait des... Ailes ? La créature ressemblait à un papillon, mais irradiait une aura qui n'était pas celle d'un simple insecte. La lumière qui en émanait était infusée de puissance, une puissance qu'elle pouvait ressentir et jauger comme largement supérieure à la sienne malgré le manque d'expérience qu'elle avait en la matière. De plus, une impression de danger s'en dégageait, comme si tout son être lui hurlait de s'en méfier, et de ne surtout, surtout pas lui chercher de noises. Surprenant qu'un monstre pareil réussisse à entrer dans un aussi petit corps...

Enfin bref. Hell, c'était quoi, ça, encore ? Sienne se tapit à côté de son compagnon de voyage et éteignit sa lampe de poche avant de lui plaquer la main sur la bouche pour l'empêcher de faire du bruit en attendant que l'être inconnu en face d'eux soit identifié comme hostile ou non. Quand elle se retrouvait face à quelqu'un de manifestement dangereux, elle savait se faire oublier. La preuve en était qu'elle avait survécu jusque là tout en trempant dans des affaires pas très nettes. Cependant, la donne avait changé avec son arrivée ici, et elle n'avait pas autant l'habitude de ces lieux que des rues dans lesquelles elle était née. Son instinct ne lui serait peut-être pas suffisamment utile ici pour lui permettre de s'en sortir... Bullshit, la panique ne lui réussissait pas !

Un bruit sur sa droite attira son attention. Un "blong", comme si un objet en métal était tombé. Un rapide coup d’œil lui apprit que le poulpe du jeune homme aux lunettes rouges faisait également partie du voyage. Il venait de se mettre à ramper au hasard, et avait renversé un bidon d'essence vide. Au moins, il ferait une bonne diversion... Elle se pencha en avant pour parler non loin de l'oreille du scientifique tombé de son trône doré. Ce jeune homme avait l'air d'être une tête, certainement plus qu'elle, en tous cas. Il fallait le consulter, en espérant qu'il soit revenu à lui.

_Fais pas de bruit. Y'a quelque chose devant, ça a l'air dangereux ! Enfin... Façon de parler. J'espère qu'il nous a pas encore captés... Hell... si ça se trouve, c'est lui qui nous a amené ici... Des idées ?

_________________

Sienne aimerait qu'on lui fasse un bouquet de petites fleures des champs roses. Parce qu'elle aime vraiment bien ça. Sienne a également un papillon orange sur sa tête.
Y'a pas de E à "fleur" ! Ce papillon orange est nul en orthographe !
Aahahah ! Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPepel Gal Patchouli


Messages : 22
points d'esprit : 42
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Lun 24 Mar - 15:27

Pepel rêvassait, sonné sans trop en connaitre la raison, comme ayant assisté de trop près à l'explosion d'une grenade paralysante. Le corps lourd, des acouphènes dans les oreilles et des vertiges un peu trop accentués pour avoir envie d'ouvrir les yeux, il préférait rester inerte en attendant d'aller mieux, finissant par s'endormir. Une durée indéterminée ressemblant pour lui à quelques minutes plus tard, il fut réveillé par quelqu'un lui secouant l'épaule. En ouvrant un oeil, il reconnu Sienne l'air un peu paniquée et éclairé par une lampe de poche. Avec sa coiffure étrange et l'atmosphère lugubre qui pesait, on aurait dit une tueuse tentant de réveiller son coéquipier après avoir tué un policier par erreur.. Il marmonna de façon incompréhensible :

- Mais qu'est ce qu'il se passe..

Quelques secones plus tard, tout revint à la normale. Il regarda autour de lui et découvrit qu'il n'y avait rien à découvrir. Le paysage semblait mort et ne possédait comme éclairage qu'une sorte d'insecte papillonnant au loin. Mais cette chose pseudo-lumineuse à quelques dizaines de mètres ressemblait plus à une source d'énergie qu'à un être vivant. Comme paniquée à la vue de cette chose, Sienne l'empêcha de dire quoi que ce soit en couvrant sa bouche d'une main. Elle lui demanda par la suite :

- Fais pas de bruit. Y'a quelque chose devant, ça a l'air dangereux ! Enfin... Façon de parler. J'espère qu'il nous a pas encore captés... Hell... si ça se trouve, c'est lui qui nous a amené ici... Des idées ?

Pepel, encore légèrement sonné mais toujours équipé de son cerveau tordu, compris qu'ils étaient tous les deux dans.. le crottin pour rester poli. Ils étaient coincé dans un désert de néant qui s'étendait probablement sur une distance abusive, en compagnie d'une créature qui pourrait s'avérer dangereuse, mais qui semblait être la seule source d'information disponible sur le pourquoi du comment de la situation.. Il s'adressa à Sienne sans se donner la peine de chuchoter.

- On a pas d'autre choix que d'aller voir cette chose je pense.. A moins que tu veuilles tenter d'avancer hasardeusement dans un désert aspirant l'énergie vitale.. Et.. on va laisser de côté l'idée de "bon flic, méchant flic" pour parler à cette.. chose.. si elle comprend ce qu'on dit ahaha.. pardon.

Après cette tirade semi-irresponsable, Pepel se leva, se dirigeant lentement vers l'insecte lumineux sans trop de conviction sans attendre la réaction de Sienne. Il rappela le poulpe et le trône qu'il avait laissé de coté d'un signe de la main. Ceux prirent alors la forme de porte clé qui vinrent s'accrocher à la manche de sa veste. Les accessoires étant rangés, il s'adressa alors à la dite chose lumineuse.


- Euh.. Excusez moi. Bonjour. Serait-ce vous qui nous avez amené ici ?

Arrivé à 2 bons mètres de l'insectoide, Pepel s'assir, croisant les jambes en admirant la petite chose. Il ne l'avait pas remarqué en la regardant de loin, mais elle était jolie. Il tourna son regard vers Sienne, lui faisant un signe de la main pour l'inviter à venir. Sait on jamais, un garde du corps.. ou un bouclier humain peut s'avérer salvateur dans ce genre de situation.. Après quoi il resta là à regarder la bestiole, les yeux légèrement lumineux, comme un enfant attendant une histoire.

_________________
---------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLe Parasite


Messages : 30
points d'esprit : 106
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Lun 24 Mar - 22:14

Le néant était grand. Sa faible perception permettait de voir pas même un centième de la totalité. Et pourtant... c'est dans son champs de vision qu’apparurent deux êtres, sortant de nul part. Ce qui devait arriver alors arriva : le premier exprima l'idée que c'était lui, le Parasite, qui avait pu les transférer ici. Sa réputation allait devenir encore plus mauvaise qu'avant... Décidément... il n'aimait guère le néant. Comme s'il souhaitait avoir l'image d'une cruelle créature... non... il veut pouvoir faire fleurir la passion, l'espoir, la gratitude, puis les détruire, puis les faire réapparaître ! Puis à nouveau les détruire. Le néant ne permettait rien de tout ça, à moins de réussir à en sortir.

Son corps frémissant dans les légers courant de ce qui n'était probablement pas de l'air se tourna dans leur direction. Se trouvaient à peine visible dans les ténèbres : un individu à l'apparence sauvage et agressive qui semblait cependant garder un peu de subtilité dans ses paroles ; un morceau d'homme à l'apparence délicate et légèrement inconscient. Des visages inconnus... Forcément. S'ils venaient seulement d'arriver dans le néant, c'est qu'ils n'étaient pas présent lors de l’absorption des esprits. Une question s'installa logiquement dans sa conscience : comment étaient-ils entrés ? Voyait-on le néant depuis la dimension des songes ? Voilà ce qui lui donnait davantage encore envie d'en sortir. Il était certain que la masse sombre serait beaucoup moins désagréable vu de l'extérieur.

C'est sans étonnement que le Parasite regarda le second personnage s'approcher sans crainte de sa personne. Dans les milieux abyssaux démunis de lumière, certaines créatures l'utilisent pour attirer des proies. Le savait-il ça ? Non ? Il avait pourtant l'air de venir de la réalité commune...
En voyant la lueur de l'enfance dans son regard, le pseudo papillon arrêta de s'interroger sur son comportement : il était confiant, c'est tout. Ou naïf. Ou les deux... c'est l'effet que faisait régulièrement la dimension des songes sur les esprits qui passent d'un univers plein de contraintes à une dimension sans lois. Mais également sans foie... hum hum.
Un sourire s'étira sur les lèvres absentes de l'insecte. Si on ne le voyait pas, on pouvait sentir sa bonne humeur. Pendant ce temps, l'homme s'assit devant lui, respectant l'étiquette "bambin" qu'il lui avait collé.
- Cette chose est appelée couramment "Le Parasite", jeune homme. Je m'y suis fais, tonna une voix masculine.
Il était difficile de définir son exact provenance, mais comme beaucoup de chose ici : on devine régulièrement de façon mystérieuse. Elle venait avec une évidence discutable du papillon.
- Vous êtes nouveau ici ? Enfin... ici... forcément que vous êtes nouveau. Je parle de la dimension. De la véritable. Celle qui est à l'extérieur du néant. Hm ? Peut-être n'avez-vous pas eu l'occasion de la voir... oh... pauvres êtres. Vous avez raté beaucoup de choses. Peut-être voudriez vous que je vous racontes à quel point il est important de sortir d'ici ? Vous avez l'air prêt à écouter en tout cas...

Ceci dit, le Parasite se prit au jeu du ridicule et entreprit de se poser sur le front de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-dimension.forums-rpg.com/
avatarSienne Carmin


Messages : 81
points d'esprit : 88

Feuille de personnage
:
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Mar 25 Mar - 18:45

Après avoir sorti une blague à propos des techniques d'interrogatoire, Pepel se releva et se dirigea vers le monstre miniature potentiellement dangereux, avant de le saluer, de lui demander texto si c'était lui qui les avait amené là et de s'asseoir face à lui. Il miniaturisa au passage son royal fauteuil avant de le ranger dans sa veste. Il lui tournait le dos, mais Sienne devinait un sourire candide sur son visage au traits fins. Elle poussa un profond soupir, et un sentiment de honte passager la traversa en même temps que l'idée fugitive de s'enfuir et de le laisser là. Pheu. Certes, le jeune homme s'était mis dans la merde tout seul, mais l'abandonner reviendrait à laisser un gamin de trois ans au milieu d'une cage de fauves non apprivoisés... De plus, il venait de lui faire signe, histoire qu'elle soit repérée, dans l'hypothèse où elle aurait pu s'en sortir saine et sauve. Merci, mec ! Se relevant d'un air par très rassuré, la punkette se dirigea vers son nouvel associé en marmonnant des jurons peu élogieux à peine audibles à son égard. En s’approchant, elle put vérifier sa théorie à propos du sourire angélique... Erkh. Le concept d'instinct de survie avait définitivement l'air parfaitement étranger au supposé scientifique...

Tandis qu'elle se taisait enfin et s'asseyait sur ses talons, prête à bondir, à côté de son compagnon d'infortune, le papillon à l'aura anormalement impressionnante se posa sur le front de l'énergumène en ne cessant de produire la lumière chaude qui avait attiré l'attention de la jeune femme. Cette dernière eut un mouvement de recul, comme quelqu'un qui aperçoit une tarentule sur la tête de son interlocuteur, et résista à l'envie de faire apparaître une tapette à mouches ou un filet à papillons : l'idée n'était pas de faire tuer son nouveau protégé par inadvertance en provocant un retour de flammes... Elle se contenta donc de fixer le lépidoptère lumineux avec appréhension en écoutant la voix qui semblait lui appartenir. Le "parasite", comme il s'était présenté (et ce n'était pas pour rassurer la brutasse à crinière teinte) semblait disposé à discuter. Sans doute un bon point, étant donné qu'elle ne pouvait pas le cogner sous peine de réduire en miettes le crâne de Pepel, qui n'avait, au demeurant, pas l'air très solide. Elle comptait donc sur ce dernier pour faire la discussion, point qui n'était pas vraiment son fort. Il lui sembla cependant adéquat de se présenter et de montrer qu'elle était... hum... bien disposée. Si on veut.


_Heu, salut ? Hell, "Parasite", c'pas très glorieux, comme nom... Moi c'est Sienne, et le binoclard, c'est Pepel. J'suppose que des infos seraient pas de trop, ouais.

Mouais, décidément, elle n'était pas du genre "beau parleur"... Enfin, comme elle doutait sérieusement qu'une corpo se soit amusée à inventer de l'insecticide onirique, il allait bien falloir essayer de se débrouiller. Et puis, la chose n'avait pas l'air agressive, bien que son ton hautain soit à deux doigt de provoquer une crise d'urticaire chez l'amatrice de produits alcoolisés. Eeek. Ça puait le "bonjour, je suis le papa de tout !", et à plein nez ! Ses  problèmes avec l'autorité étaient une formalité quand elle se retrouvait confrontée à de simples flics, mais dans le cas d'une créature réellement puissante, et pas seulement munie d'un badge et d'un flingue dont elle n'avait pas le droit de se servir à sa guise, ça risquait d'être vraiment, vraiment gênant. Bah... Sans danger, rien ne serait amusant, de toutes façons, non ?

_________________

Sienne aimerait qu'on lui fasse un bouquet de petites fleures des champs roses. Parce qu'elle aime vraiment bien ça. Sienne a également un papillon orange sur sa tête.
Y'a pas de E à "fleur" ! Ce papillon orange est nul en orthographe !
Aahahah ! Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPepel Gal Patchouli


Messages : 22
points d'esprit : 42
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Mer 26 Mar - 13:19

Le Parasite, comme il s'était présenté, c'était posé sur le front de Pepel, ce qui ne le faisait pas réagir plus que ça. Le seul inconvénient était de ne pas avoir son nouvel interlocuteur "à vue" étant donné que son front n'était pas vraiment dans son champ de vision. Sienne avait fait les présentations pour deux, ce qui l'arrangeait bien comme il était parti pour oublier ce genre de détails..

La petite chose parlait avec beaucoup d'élégance et de manières, ce qui n'était presque pas choquant pour un être de lumière qui se baladait, semblait-il, depuis longtemps dans ce désert sombre. Désert qu'il ne qualifiait d'ailleurs pas comme partie intégrante de la "véritable" dimension. Le parasite avait l'air de savoir des choses. Il avait même l'air de vouloir partager une petite partie de son savoir avec les deux nouveaux venus, ce dont Pepel ne se serait privé sous aucun prétexte.


- Mmh.. Je ne sais pas vraiment si je suis nouveau pour ma part. Je n'ai commencé à compter les secondes que très récemment. Mais c'est vrai qu'on ne sait pas grand-chose sur ce que vous qualifiez de dimension. Enfin bref, si vous avez des histoires pleines "d'informations" à raconter, ne vous gênez surtout pas.

Pepel, curieux de savoir a quelle créature il avait à faire, approcha sa main de la bestiole tout doucement, comme on le ferai pour prendre un insecte sur son doigt. Il s'attendait à à peu près tout.. une brulure, une morsure, un électrochoc, ou même à ce que ce petit "Parasite" grimpe sur son doigt. Il sentait que ses actions avaient été jusqu'alors légèrement téméraire, et que celle-ci étaient peut être celle de trop. Mais il avait aussi l'impression de ne pas avoir le choix, de peur de mourir sans savoir ce qui allait arriver. Et quitte à mourir, c'est quand même mieux de savoir pourquoi.. S'immobilisant ainsi en regardant l'immensité du ciel sombre qui se dressait au-dessus de leur tête, il demanda a Sienne avec ce sourire vidé qui le caractérisait si bien

- Dis.. tu penses qu'on aurait du s'enfuir loin de cette petite chose a l'aura super-puissante quitte à se jeter dans un désert possiblement sans fin ou en plus il fait tout noir ? Je suis presque en train de douter.

Il sentait que le "papillon" anormal et parlant sur son front était loin d'être une créature aussi banale que lui dans ce monde. En fait, il était même possible que ce soit lui l'insecte pour cette chose, les capacités physiques étant très légèrement.. altérées ici. Ça prestance et sa forme s'apparentait un peu à celle d'un réacteur nucléaire, tandis que l'aura que dégageait Sienne, et par analogie, lui aussi très certainement , n'était que.. "colorée". Suite à cette pensée, une idée un peu glauque traversa le cerveau tordu de l'humanoïde à lunette

- Euh.. juste pour être sûr, vous mangez quoi ?

Car s'il s'agissait d'un mangeur d'humanoïde, il se trouverait dans une situation encore plus désespérée que ce qu'il pensait une demi-seconde plus tôt. Enfin, si le savoir ne changeait rien à la situation, connaître les risques est toujours rassurant.. C'est assez paradoxal d'ailleurs..

_________________
---------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLe Parasite


Messages : 30
points d'esprit : 106
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Mer 26 Mar - 14:24

La Parasite était heureux que sa théorie sur l'humain ait l'air d'être fondé : un être qui n'a pas peur d'être blessé est un être qui n'a lui même pas l'intention de faire du mal. Non pas qu'une main ne le fasse paniquer... mais ce n'était pas "naturel" et agréable d'être brûlé, mordu ou de recevoir un électrochoc. Voir d'être écraser... Bien-sur, le terme naturel est quelque peu étrange là où la nature n'existe plus, ou du moins là où elle est difficilement perceptible.

Ses petites pattes firent sauter son corps lumineux sur le doigt de l'inconnu. Après tout, c'était une position de choix ! Un trône porté par un esclave qu'il pouvait piétiner de ses maigres jambes ! Comme pour affirmer cette comparaison, il tourna un moment sur lui-même, comme un chat cherchant la bonne position dans un coussin, avant de se retourner dans la direction de son siège. Ses antennes tremblantes trahissaient sa satisfaction, qui devait être bien obscure pour les visiteurs... Il n'y avait rien de plus grisant pour lui que de se rendre compte qu'il connaissait des choses que la population de ce monde ignorait. Mais de la à fournir des informations gratuitement... Sa trompe se replia jusqu'à sa bouche, équivalant d'un reniflement silencieux néanmoins expressif : il en était hors de question. Mais il n'était pas en très bonne position pour demander quoi que ce soit...

Ses yeux d'insectes passèrent sur la punk alors qu'il réfléchissait. Les paroles de celle-ci lui revinrent alors "c'pas très glorieux, comme nom", avait-elle dit ? Sa trompe refit un aller retour jusqu'à sa bouche pour simuler un second reniflement d'orgueil. Probablement que personne d'autre en ce monde n'avait dut voir un papillon exprimer de l'orgueil. Enfin... après tout "Sienne" était-il un nom beaucoup plus glorieux ?
- Et bien enchanté Sienne ! Je suis ravie de ne pas avoir à rechercher votre appartenance, répliqua-t-il.
Il doutait que l'esprit à l'apparence étroit de la demoiselle comprenne la subtilité de ses paroles, mais peu lui importait, mis-à-part sa satisfaction. Et dorénavant, sa satisfaction se portait de nouveau bien.

Il abandonna l'idée de tirer un quelconque profit de ces êtres en échange de ses informations. Une première... Il avait besoin d'avoir la certitude que tous les esprits sortent d'ici et que le néant disparaisse à nouveau. Mais il était bien-sur hors de question qu'il affirme trop cette volonté, qui pourrait diriger les oreilles attentives vers sa faiblesse !
Autant mettre chevaucher ses informations sur le dos de la bonne volonté :
- Vous vous trouvez ici dans le néant. Probablement le plus gros paradoxe imaginable en ce monde. Il n'est rien... et pourtant nous sommes en son centre. Il est probablement apparu à cause du nombre trop important d'esprits à l'extérieur qui sont devenu insignifiant. Voyez-vous... un esprit ne peut-être certain de son existence que grâce à ses pensées et ce qu'il peut en faire. Lorsqu'un de ceux-ci n'agit plus, il devient inexistant et sombre alors avec le néant.
Pff ! Sauf que j'ai comptabilisé onze esprits qui se sont laissés emporter ! Cela a dut créer un courant qui a amener le reste de la population de la dimension avec eux dans... cette chose.
Une question se pose chers amis : trouvez-vous ce lieu à la hauteur de votre mérite et désirez-vous y vivre et y disparaître ? Ou souhaitez-vous en sortir et découvrir les infinités possibilités de gloires, de fantasmes et d'existence qui sont à l'extérieur ?


Le Parasite ne doutait pas trop de la réponse, mais il ne serait pas non plus étonné qu'un esprit malade lui avoue une passion naissance pour les ténèbres. Autant être fixé dès à présent de leurs intentions. Déjà qu'il s’apprêtait à aider gratuitement, il était hors de question qu'il épaule de son petit corps un pro-néant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-dimension.forums-rpg.com/
avatarSienne Carmin


Messages : 81
points d'esprit : 88

Feuille de personnage
:
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Mer 26 Mar - 17:59

Pepel tourna vers elle son visage toujours aussi innocent et souriant avant de lui demander si elle pensait qu'ils auraient eu meilleur temps de fuir et de se perdre dans le "désert". Les sourcils de la jeune femme se froncèrent, et le reste de son expression faciale suivit dans un rictus d'agacement lancé au quart de tour. Et si le chaaarmant petit papillon, dont le nom n'était pas franchement pour la rassurer, les avait immédiatement bouffés, ils auraient été beaucoup plus avancés ?! Non mais il la prenait vraiment pour une idiote ! Elle n'était vraiment pas une adepte de la mort prématurée, quitte à choisir... Alors qu'elle s'apprêtait à exprimer son point de vue, éventuellement accompagné d'un coup de boule "amical", le jeune homme posa une question on ne peut plus sensée, bien que formulée de manière assez peu diplomatique. Bah, elle n'aurait pas fait mieux ! Enfin, si elle comptait sur lui pour avoir le tact moyen de deux personnes, c'était râpé. Quoiqu'il en soit, elle ravala son indignation afin d'écouter la suite qui promettait d'être on ne peut plus édifiante.

Ladite suite commença par une blague qui se voulait subtile sur son prénom. AHAHAAA ! C'est bien, l'insecte, tu veux une image ? Autant dire que ce genre de plaisanteries, elle en avait bouffé un paquet, la majorité ayant été faites pendant ses années de primaire. Le petit être lumineux était un peu lent, pour "quelqu'un" qui dégageait une telle aura ! Elle y répondit par un grognement désabusé, lui indiquant d'un vague signe de tête de continuer. On ne se moque pas de ce qu'on soupçonne de pouvoir vous engloutir en une seule bouchée... Et puis, elle n'aimait pas mentir, et prétendre être enchantée de rencontrer le petit lépidoptère serait un odieux mensonge. Rien à faire, elle n'aimait pas DU TOUT avoir affaire à plus puissant qu'elle... Même quand "plus puissant qu'elle" signifie une créature dont le visage d'insecte affiche des émotions de manière assez comique...

La suite de la suite fut, par contre, beaucoup plus intéressante. Ainsi, si ils arrêtaient de faire des efforts pour penser, ils finissaient ici. Et si eux, aussi frais et actifs qu'ils soient, avaient été aspirés, c'était à cause d'une bande de glandus qui n'étaient même pas capables de PENSER !? Ben tiens ! Si elle en avait l'occasion, elle avait bien envie de leur botter le cul avant de partir ! Puisque, visiblement, la fin du discours enflammé du Parasite semblait signifier qu'ils pouvaient se sortir de là. Elle n'avait pas encore entendu ce qu'ils devraient faire pour pouvoir partir, car le détenteur des informations avait une tendance déplaisante au théâtral et attendait d'eux qu'ils confirme avoir envie de survivre. Cependant, elle ne doutait pas de leur capacité à dégager des ennuis de leur chemin. En tous cas, elle était motivée ! Elle adressa un grand sourire légèrement carnassier à la source de sa motivation renouvelée, oubliant presque qu'elle avait affaire à une créature potentiellement très dangereuse. C'est d'une voix forte et enthousiaste qu'elle répondit.


_J'ai une tête à me laisser abattre ? On commence quand !?


Sans presque s'en être rendu compte, la baroudeuse s'était remise sur ses pieds d'un bond, et avait fait craquer son cou à droite, puis à gauche, en prononçant cette dernière phrase. Si l'absence d'énergie était la cause de la disparition ici, elle avait encore une longue existence pleine de trucs à faire devant elle !

_________________

Sienne aimerait qu'on lui fasse un bouquet de petites fleures des champs roses. Parce qu'elle aime vraiment bien ça. Sienne a également un papillon orange sur sa tête.
Y'a pas de E à "fleur" ! Ce papillon orange est nul en orthographe !
Aahahah ! Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPepel Gal Patchouli


Messages : 22
points d'esprit : 42
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Jeu 27 Mar - 21:05

.
.
.

La petite créature se décida à monter sur son doigt. Sa gestuelle très expressive semblait être perçue avec facilité par Sienne comme révélatrice des sentiments qu'il éprouvait. Mais s'il était possible pour Pepel de comprendre un humain, il n'en était pas de même pour les papillons. Pepel, qui d'origine déjà avait cessé d'essayer de comprendre les autres à cause du caractère illogique évident de la plupart des êtres pensant, était incapable de savoir ce qu'il se passait par la tête de l'hexapode.. Pour Sienne par contre, comme c'était du déjà vu, il n'avait pas de mal à voir que le comportement de la bestiole la frustrait. Enfin.. disons qu' il percevait au moins les éclairs chaque fois que le regard de la chose croisait celui de la demoiselle à la crinière flamboyante, si l'on peut l'appeler ainsi..

Sans trop chercher à comprendre ce à quoi le petit papillon pensait, il écoutait consciencieusement les informations que l'insecte voulait bien donner. Et n'était presque pas surpris que d'autres humains, s'ils en étaient bien, avaient cessés toute activité cérébrale sans aucune raison apparente. Cérébrale relevant ici de l'esprit, l'organe lui-même n'étant pas vraiment matériel.. comme tout ce qui se trouvait dans cette dimension d'après ses théories. Mais bon, après tout, c'était bien le propre des autres de courir à leur propre perte, il connaissait bien cela.

L'information suivante était toute aussi intéressante. Il était possible de sortir du désert sombre dans lequel ils avaient atterris apparemment en ayant été entraînés par la bêtise des autres. Plutôt frustrant comme situation.. Suite a quoi on lui indiquait qu'il était tout de même possible de remédier à cet enfermement gratuit. Sienne avait l'air d'être à fond dans cette solution qui était, précisons le tout de même, la seule connue (mais pas encore) et qui avait été transmise par un papillon nucléaire
.

- Je suppose que nous n'avons pas d'autre choix de toute façon. Aller, trêve de suspense, dites nous donc ce qu'il faut faire pour récupérer le ciel multicolore qu'on avait encore hier selon notre perception du temps. Ou alors, vous faites partie de ces créatures mythiques qui attendent qu'on demande "C'est combien ?" pour répondre avec une voix grave "Ton âme.".

Pepel rit lui même de sa boutade avant d'amorcer un toussotement qui pouvait vouloir dire "Veuillez m'excuser pour m'être égaré ainsi.". Le sens de l'humour n'était pas spécialement son point fort, bien qu'il avait dans la dimension toutes ses chances de trouver un humain qui le trouverait à son gout. . . Bref.
Pepel avait ajouté un caractère théâtrale cumulant le gras et le mauvais en une phrase composée d'une phrase et demi. Le genre qu'il était impossible d'interpréter si l'interlocuteur répondait sur la même base. Mais plutôt que de revenir dessus maladroitement pour préciser que c'était une "blague" sans commencement ni chute, il était plus simple et moins douloureux pour son honneur de passer à la suite en ajoutant ne serait-ce qu'une phrase, mais si possible pertinente. Aussi, il finit par ajouter après une bonne demi seconde marquant une pause dans sa tirade visible
mais pas trop :


- Sinon, vous êtes ici depuis longtemps ?
.
.
.

_________________
---------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLe Parasite


Messages : 30
points d'esprit : 106
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Ven 28 Mar - 17:24

''-J'ai une tête à me laisser abattre ? On commence quand !?''
S'était exclamée la furie écarlate en bondissant.
Sur son trône de peau et d'os, le Parasite se tourna en sa direction et l'observa de nouveau. Ses yeux se lancèrent dans l'expédition de déceler ne serait-ce la forme d'un muscle sur son corps. Mais rien. Ses antennes firent alors un écart de perplexité face à ce manque de crédibilité qui apparu alors. Quel contexte avait-il bien pu transformer cette demoiselle en costaude ? Déjà que la force n'était qu'un concept d'apparence assez futile en ce monde, il ne voyait pas ce que ce petit être allait pouvoir faire.
Le Parasite ne s'attarda néanmoins pas plus sur la question. Après tout, les organismes vivant était doué pour s'adapter à leur environnement et à leurs situations. Restait plus qu'à espérer que ce soit également le cas en ce monde. Sinon... il n'avait qu'à espérer l'existence d'une intelligence furtive !

Sous une autre forme, le papillon aurait volontiers fourni un sourire de fausse satisfaction à l'égard de la punk, mais il dans ces conditions, il se contenta de se retourner face au petit homme. Il le trouvait assez amusant et eu envie de lui faire part de cette réflexion avant de répondre à ses questions.
- Et bien ! Je suis certain que le Maître des Dimensions, l'entité la plus désintéressée de l'existence, serait néanmoins intéressé par votre façon d'être, jeune homme !
Puis il sourit au souvenir de l'éventualité que je lui demande son âme. Ses pattes piétinèrent le sol actuel d'enchantement. Il est vrais que si les esprits possédaient une âme, il en ferait volontiers un commerce. Réflexion faite, c'est une vérité qu'il garderait pour lui. Il se contenta de toussoter et de préserver le masque bienveillant qu'il avait peiner à entretenir.
- Allons allons... c'est par pure bonté que je souhaite vous aider. Après tout... il serait triste de laisser toute une population passionnante d'esprits en ce lieu destructeur ! Oooh... mon petit cœur se déchire rien qu'à l'idée que l'un de vous reste bloqué ici...
Un blanc s'installa dans le néant. Un silence durant lequel le Parasite pensa ''J'en ai probablement fais un peu trop...''
Il s'empressa alors de répondre aux demandes, espérant stopper la chute libre que devait faire sa crédibilité :
- Pour retourner dans la dimension, il faut trouver l'élément qui vous fera si peur, qu'il projettera votre esprit hors d'ici. Sachant que vous pouvez matérialiser tout ce que vous souhaitez, la difficulté reste moindre. Faut-il encore trouver cette phobie... Je peux vous dire qu'elle est souvent en lien avec votre passé. Donc si vous voulez en discuter pour réfléchir sur la question... hum... je vous en prie.
Il serait assez agréable d'avoir un aperçu gratuit de l'histoire de ces deux esprits, ainsi que de les voir se dévoiler l'un envers l'autre... d'ailleurs. Ceci pouvait instauré une pression futur entre eux deux particulièrement intéressante !
- Si je suis ici depuis longtemps... je ne sais pas vraiment. Comme les autres esprits de la dimension n'étaient plus en activité, je me suis pris d'ennui et j'ai du m'endormir. Je me suis réveillé il y a peu ici. Mais ça a peu d'importance ! J'allais oublié ! Chère Sienne ! - il fit une pause après la prononciation de son nom – Les esprits qui nous on emporté avec eu ici ne se sont pas tous réveillés et risquent de rendre le néant plus puissant encore s'il y reste. Afin de limiter les dégâts, l'idéal serait de trouver leurs phobies et de les exclurent d'ici de nos propres mains. Pour cela, j'ai déjà fais en sorte que ce dont je me souviens de leur passé soit disponible à tous, non loin d'ici.
Je me ferais une joie de vous y accompagner, si cette quête vous intéresses !


Le Parasite était plutôt heureux d'en arriver là. L'idée que deux forces soient de son coté pour repousser l'avantage du néant le rassurait quelque peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-dimension.forums-rpg.com/
avatarSienne Carmin


Messages : 81
points d'esprit : 88

Feuille de personnage
:
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Lun 31 Mar - 20:51

Pepel avait l'air beaucoup moins enthousiaste que sa congénère en entendant qu'il y avait effectivement un moyen de sortir de ce trou à rats aux allures de décharge publique ; c'était surprenant, étant donné qu'il était venu à la rencontre du Parasite dans le but de glaner ce genre d'informations. Ceci était visiblement dû au fait qu'il ne faisait pas aussi aveuglément confiance à ce dernier qu'il avait bien pu le laisser paraître jusque là. ... Damn. Il semblerait que les rôles du pigeon trop confiant et du méfiant circonspect se soient inversés ! La possibilité de faire quelque chose et l'occasion de sortir de là avaient provoqué chez Sienne une vague d'enthousiasme qui lui avait presque fait oublier le fait qu'elle avait affaire à un monstre probablement plus dangereux que tous les "gros bras" auxquels elle s'était retrouvée confrontée jusque là. Et ouais, même ceux avec un fusil à pompe sur l'épaule ! Hell, si ça se trouvait, c'était une saloperie de piège ! Quelle débile... Enfin. Elle ne se laisserait plus avoir ! Du moins, jusqu'à ce qu'elle l'oublie à nouveau...

Le jeune homme avait l'air tellement peu emballé qu'il sortit une blague... Observant pendant un instant le merveilleux bide qu'elle avait fait, après avoir lui-même ri de bon cœur, il s'éclaircit la gorge et embraya sur un autre sujet sans faire plus de commentaires. La question, même si elle avait un peu une tronche de "il faut que je change de sujet pour couper court à mon ridicule", était pertinente, et relança la paranoïa de la punkette. Tous ces objets en train de partir en fumée là au milieu... Et cette petite chose brillante là au milieu ! Et un parasite, qui plus est ! Si ça se trouvait, c'était lui qui se nourrissait de l'univers ambiant ! Quoique... Un examen minutieux de l'aura de lumineuse du papillon semblait indiquer que ladite lumière était, elle aussi, attaquée : sur les bords, elle ne portait pas aussi loin qu'elle l'aurait dû ; s'en dégageait une impression à faire froid dans le dos : qu'allait-il leur arriver, à eux, si ils restaient trop longtemps ici ? Brrr...

Quoiqu'il en soit, le petit lépidoptère répondit à leur questions. Il commença par faire ce qui ressemblait à un compliment drôlement tourné à Pepel, ignorant superbement son autre interlocutrice, et enchaîna sur un discours de bon samaritain qui sonnait aussi faux qu'un instrument accordé par un ivrogne. Sienne poussa un grognement peu amène pour l'inciter à passer ces simagrées, ce qu'il fit sans visiblement tenir compte de son intervention. Le visage de cette dernière se décomposa à mesure que l'insecte luminescent énonçait le seul moyen qu'ils avaient de sortir de là. Alors quoi !? Ils devaient jouer à "fais-moi peur" et aux devinettes en même temps !? Bien qu'elle ait l'habitude de pratiquer le deuxième "exercice", elle n'avait pas joué au premier depuis... Hé bien... Toujours. Déjà à l'école, elle trouvait ça trop débile ! Le pseudo-sage devait se foutre de leur gueule ! Le temps qu'il les invite à commencer à réfléchir, et la jeune femme tirait franchement la tronche en le regardant d'un air incrédule.

Dans tous les cas, il était hors de question qu'elle se mette à déballer son passé (ou du moins ce dont elle arrivait à se souvenir, sa mémoire étant quelque peu partielle) là au milieu ! Elle était fermement persuadée que le savoir, c'est le pouvoir, et son expérience le lui avait maintes fois démontré... On pouvait même dire qu'elle avait toujours gagné sa vie grâce à ce principe. Hors de question qu'elle dote d'une entité déjà beaucoup trop puissante d'une emprise supplémentaire sur elle ! De plus, le regard presque avide d'informations du prétendument innocent et altruiste papillon la confortait on ne peut plus dans son opinion.

Alors que la punkette luttait intérieurement pour garder son calme et ne pas coller un vain coup de pied dans la petite créature ailée et brillante, cette dernière énonça un point on ne peut plus intéressant, si bien qu'elle oublia presque instantanément sa bonne résolution de ne plus se faire avoir. Ils pouvaient péter la gueules aux loques qui les avaient passivement attirés ici !? Hell yeah, elle en était ! Et Pepel aussi, qu'il le veuille ou non ! Coupant court à d'éventuelles protestations ou conseils de sa part, elle saisit son associé par le poignet et entreprit de le tirer derrière elle dans la direction qu'avait indiqué de la tête le monstre miniature. Oh, il n'allait sans doute pas se laisser traîner comme un sac de patates, mais Sienne s'en souciait assez peu et n'y fit tout simplement pas attention.


_Allez, mon gars, on a une vengeance à accomplir !


Malgré tout, la tête de la bourrine de service fourmillait de questions. C'était quoi, ce parasite, à la fin ? Si il était si puissant, pourquoi il ne sortait pas d'ici ? En quoi il avait besoin d'eux pour sa quête à la con ? Il pouvait pas l'accomplir tout seul, ce glandu ? Est-ce qu'il mangeait vraiment des esprits ? Il n'avait pas répondu à la question de Pepel ! Est-ce qu'il les prenait pour des petits joujoux bien obéissants ? Est-ce que les stupéfiants fonctionnaient dans cet univers ? Bref. Sa raison était tout sauf inactive, malgré le fait qu'elle soit teintée d'une légère envie de faire n'importe quoi. Cependant, un voile composé de son besoin d'en découdre avec n'importe quoi, à la limite de la soif de sang, occultait les réflexions de la jeune femme et les laissait à la limite du subconscient. Le cassage de dents métaphysique, elle n'avait jamais essayé... Enfin, si c'était ne serait-ce qu'au quart aussi distrayant que le cassage de dents physique, ça valait le coup ! Elle en avait marre de se cacher...

_________________

Sienne aimerait qu'on lui fasse un bouquet de petites fleures des champs roses. Parce qu'elle aime vraiment bien ça. Sienne a également un papillon orange sur sa tête.
Y'a pas de E à "fleur" ! Ce papillon orange est nul en orthographe !
Aahahah ! Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPepel Gal Patchouli


Messages : 22
points d'esprit : 42
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Mar 1 Avr - 17:10

Réfléchissant aux paroles du parasite, Pepel se laissait trainer par la jeune femme sans aucune résistance, flottant comme une feuille de papier sur un liquide invisible qui remplirait l'infinité du néant sur un bon mètre de hauteur. Comme pour l'aider à le transporter afin de ne pas avoir à faire d'effort de déplacement.. Le papillon avait parlé d'une entité appelée le maître des dimensions, qui aurait été "intéressé", à la façon dont on s'intéresse à un animal étrange, par sa façon d'être. Plus que la curieuse formulation utilisée pour le décrire lui, c'était le fait que l'être lumineux considère ce "maître" comme une sorte d'égal qui l'intriguait. Car ce papillon avait du pouvoir et des connaissances, c'était certain. En tout cas, bien plus que les deux "héros" réunis. Alors se dire qu'il y avait d'autres créatures du même genre qui se baladait quelque part dehors, comprenez en dehors du néant, déclenchait chez lui un mélange de curiosité et de jalousie.

- Le Maître des Dimensions hein.. Je me demande s'il y en a d'autres comme vous.

Cette phrase, plus adressée à lui-même qu'à l'un de ses interlocuteurs possibles, avait été prononcée dans une espèce de chouinement pas loin d'être inaudible avec un air un peu embêter. Mais ne s'attardant pas sur ces mauvaises pensées, Pepel se mit enfin à se dire qu'il serait bon d'analyser la situation. Ils étaient bloqués dans le néant. Il était possible d'en sortir, et il était aussi possible d'en exclure ceux qui les avaient amenés ici. . . . . . . . . . . . . . . . . . ?? Après avoir reregardé toute la scène 2-3 fois dans sa tête, celle-ci ressemblait pour lui à une gigantesque mascarade à l'humour un peu vaseux. Les intentions du papillon étaient plus qu'obscur, et les réactions de Sienne assez illogiques et bien trop impulsives. Voulant mettre un point à une situation qu'il jugeait grotesque, il inspira un bon coup avant de dialoguer.

- Attendez, vous nous demandez de remettre ceux qui nous ont envoyé ici en course dans la dimension pour réduire la taille de leur prison ?! C'est pas trop comme ça que j'aurais réagis personnellement.. Moi je dis qu'il devrait pourrir ici pour l'éternité quitte à ce que ce néant s'agrandisse. Je dis même qu'on devrait juste sortir d'ici au plus vite. Et si vous n'aimez pas l'endroit vous devriez juste faire pareil Monsieur le Papillon.

Pepel toussa un coup d'une manière un peu forcée, comme s'excusant de s'être légèrement emporté de la sorte. Après quoi il se remit sur ses deux jambes d'un geste brusque, arrêtant ainsi la marche de Sienne qui lui tenait toujours le bras. Il fixa le papillon en effaçant son sourire, l'air d'un client mécontent de la solution qui lui avait été proposé.

- Sinon, veuillez m'excuser, mais.. je ne vois pas trop comment il est possible de trouver ce genre de peur par soi-même. Il n'y a pas d'autres solutions pour se sortir d'ici ? Ou au moins des indices qu'on sache par ou commencer ? Personnellement je ne vois pas tenter de me faire peur tout seul 3 fois par jour jusqu'à être renvoyé dans la dimension comme vous l'appelez.. Et autre sujet, je ne vous aiderais pas à sauver les bougres qui nous ont invités ici de force si aucune récompense n'est promise..

Après ces tirades qu'il trouvait lui-même quelque peu désagréable à entendre, il se libéra de Sienne en détachant sa main de son bras, avant de la faire réapparaitre sur son poignet comme si de rien était. Après quoi il s'adressa à Sienne qu'il avait légèrement ignoré jusqu'à maintenant, voulant lui donner de l'importance afin qu'elle appuie son point de vue. Son fort caractère pouvait être bien plus convainquant que tout les mots qui lui viendraient à l'esprit pour tenter de marchander. Une stratégie qu'il jugeait comme forcément payante si la demoiselle acceptait de se prendre au jeu.

- Vous n'êtes pas d'accord avec moi ? Tout travail mérite salaire comme on dit. Gros salaire même quand il s'agit d'aider des assistés à s'en sortir. Je ne trouve rien de plus ingrat que ce genre de boulot !

_________________
---------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLe Parasite


Messages : 30
points d'esprit : 106
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Mer 2 Avr - 13:42

Le point de vue du Parasite vis-à-vis de Sienne commençait peu à peu à changer. Dans les circonstances actuelles, les questions étaient malvenue. Et donc la chose qui l'accompagnait également...
Son comportement lui était de plus en plus dérangeant. A l'extérieur du néant, il aurait prit le temps de parler de l'absence de pluie et de beau temps sans retenu, mais bloqué ici... sa conscience commençait à découvrir ce qu'était la pression de la crainte et les ordres d'importance.
Certainement qu'il avait en connaissance que ces deux esprits étaient nouveau dans la dimension, qu'ils n'avaient peut-être pas encore eu le temps de s'engager dans les courants oniriques de la dimension et d'y prendre gout... Probablement qu'ils ne se rendaient pas encore compte de la gravité de la situation et de son caractère anormale, sachant que tout devait leur paraître étrange. Il est était certain également qu'ils ne savaient pas à qui ils s'adressaient.
Enfin... le petit insecte devait garder son calme, sur son trône à l'aspect dorénavant douteux, flottant tel un flan galactique derrière la jeune femme.

Après avoir débité des questions et des remarques toutes plus stupides les une que les autres à ses yeux, le petit homme se dégagea de l'emprise de sa compagne et acheva son désagréable discourt par une demande de récompense.
Alors la cervelle du papillon, aussi peu crédible cela soit-il, récapitula les grandes lignes :
Il venait plus ou moins de se plaindre d'un couinement en parlant de lui.
Il utilisait beaucoup trop de "je".
Il le contredisait et remettait en question ses paroles.
Il avait l'air mécontent que sa "grande" personne lui propose son aide.
Il lui demandait de le récompenser.

Le parasite de transforma en une créature mis-papillon mi homme, aux ailes en forme de faux. Ses lames se mirent à traverser de part et d'autre les deux corps de ses interlocuteurs, jusqu'à ce qu'il ne reste d'eux que deux tas ensanglantés de chairs en lambeaux.
Ceci était un extrait de sa volonté.

Les deux pattes avant du papillon se transformèrent en faux, qui vinrent donner naissance à deux gouttelettes de sang sur les mains de Pepel. Certes... il ne se permettrait pas de détruire un esprit ou de leur faire du mal, mais il n'avait jamais été aussi proche de cette volonté.
Finalement, il s'envola pour se mettre à la hauteur de son visage, avant de cracher :
- Si tu veux une façon plus aisée de sortir d'ici, trouve la seule, miséreux ignorant !
De l'une de ses lames, le Parasite montra une faible lueur orangée, à peine perceptible, en contre bas.
- Ceci est une potentielle porte de sortie. Vous n'avez qu'à y aller. Ahah !
(lueur orangée)

Il continua à l'intention de la punk d'un ton enjoué :
- Je suis ravi de votre enthousiasme ! Au moins vous avez l'air de savoir vous adapter aux circonstances.
Sans plus tarder, la petite boule de lumière se dirigea dans la direction qu'ils avaient commencé à prendre, sans porter davantage d'attention à l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-dimension.forums-rpg.com/
avatarSienne Carmin


Messages : 81
points d'esprit : 88

Feuille de personnage
:
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Jeu 3 Avr - 21:07

Tout alla pour le mieux pendant une vingtaine de mètres. Pepel se laissait traîner sans opposer la moindre résistance ; au contraire, il donnait manifestement son aval à son associée en se laissant flotter à mi-hauteur d'homme. Au bout de la quinzième enjambée, il poussa un couinement incompréhensible : Sienne leva un sourcil interrogateur mais ne releva pas, et continua à marcher. La deuxième dizaine de pas franchie par sa démarche de chasseuse de troll, et son "bagage" décida brusquement de se lancer dans un monologue qui se termina par un "coup de frein" provoqué par son retour à la station debout. Coupée d'un coup dans son élan, la punkette glissa en même temps sur un magazine de jardinage qui traînait sur le sol et tomba sur les fesses dans un bruit de casseroles sur une pile de boîtes de thé en métal. Déblatérant "dans sa barbe" une série de jurons peu élogieux à l'intention de tous les buveurs de thé, elle se releva tout en repassant dans sa tête tout ce que venait de dire son compagnon d'infortune. Quoi ? Laisser ces glandus ici, laisser ce putain d'endroit malsain au possible et plein de boîtes de plantes conditionnées qui ne se fument pas s’agrandir, et perdre au passage l'occasion de se défouler un bon coup ? Hell, no ! Ça n'allait pas se passer comme ça !!

Alors qu'elle s'apprêtait à répliquer vertement, elle s'interrompit pour assister à une scène des plus étranges. Le sourire insouciant et un peu absent que le jeune homme n'avait pas quitté jusque là disparut d'un coup, tandis que son propriétaire se mettait à fixer le papillon, sourcils un peu froncés. Il déclara qu'il n'avait pas l'intention de se faire peur tout seul, et réclama une récompense pour foutre cette bande d'abrutis dehors du néant à coups de pieds dans le derrière. Héhéhé, petit malin... Décidément, malgré son comportement qui suggérait que son attention se trouvait à des kilomètres de là, le supposé scientifique avait bien la tête sur les épaules et de la suite dans les idées ! Il fallut que ce dernier se libère de l'emprise de la bourrine de service pour qu'elle se rende compte qu'elle n'avait toujours pas lâché son poignet. Étrange qu'elle ne l'ait pas entraîné avec elle dans sa chute ! Elle fut alertée par le changement dans la tension imprimée par le bras de son collègue, avant de sursauter en voyant qu'elle tenait une main orpheline, et de la lâcher dans un mouvement d'horreur on ne peut plus compréhensible... Le membre séparé du corps de son propriétaire se volatilisa avant de se reformer à sa place d'origine, libéré de la poigne de la spécialiste des gnons.

Sienne sortit de sa stupeur quand Pepel la prit à parti à propos de sa dernière réclamation. Le visage de la jeune femme se fendit d'une oreille à l'autre d'un grand sourire carnassier à l'intention de ses deux interlocuteurs. Ma foi, il est vrai que quand elle allait... hum... "rappeler quelqu'un à l'ordre" à la demande d'une tierce personne, c'était moyennant finances ! Si il était facile de faire apparaître de l'argent ici, peut-être existait-il néant-moins (AHAHA, jeu de mots !) une monnaie quelconque ?

Le papillon ne semblait pas l'entendre de cette oreille, toutefois. Il s'envola en rageant tout seul. Un sourcil froncé et l'autre levé, la punkette remarqua que les pattes du lépidoptère avaient changé de forme, rappelant désormais des faux miniatures (ce qui était un poil ridicule, selon elle). Toujours était-il qu'il en avait transpercé la surface de la main du binoclard, et qu'il indiquait désormais une lueur orangée au loin, qui n'était visible que maintenant qu'ils s'étaient déplacés. Hell, no ! la brutasse n'allait pas se faire avoir deux fois de suite à approcher un putain de truc qui brille en orange !  Tomber sur ce cinglé de parasite était largement suffisant ! Après avoir poussé un ricanement digne du méchant d'un navet aux prétentions de film d'horreur, ce dernier se tourna vers elle et la félicita pour son enthousiasme. Sourcils froncés, la jeune femme perdit finalement son calme si précieusement gardé jusque là. Après avoir craché par terre avec toute l'élégance et la délicatesse attendues d'une demoiselle de son rang, précisément sous l'endroit où se trouvait une seconde plus tôt la créature beaucoup trop puissante pour être honnête, "Miss l'aventurière" cracha dans le même temps une tirade un poil haineuse. Elle l'aurait volontiers saisi par le col s'il en avait un, mais en l'absence de poignée en tissus, elle se contenta d'agiter son poing sous le nez (lui aussi absent) du papillon, se mettant dans son chemin pour le couper dans son élan.


_Merde, j'en ai rien à foutre, de te ravir, mon gars ! Tu crois vraiment qu'on va t'aider pour tes beaux yeux ? Les putains de facettes, c'est pas mon truc, tu vois ! On t'a jamais appris à ne pas t'en prendre aux gens quand tu leur demande un service ? Autant dire que j'te faisais déjà pas confiance de base, mais là tu dépasses les limites du "patron chiant mais supportable" ! Tu sais ce que je crois ? Que t'as besoin de nous, sans quoi tu nous collerais pas comme ça comme un putain de chewing-gum sous ma semelle ! Et si t'as besoin de nous, mon "grand", il va falloir te montrer : 1) plus aimable, 2) plus honnête, ET TROISIÈMEMENT PLUS GÉNÉREUX SUR LES SALAIRES !! Quoiqu'il en soit, merci, mec, maintenant qu'on sait comment sortir, nous, on a plus besoin de toi, alors à moins que tu changes de ton, ciao, mec ! Viens, Pepel, on se casse !


Sa bile crachée, ainsi qu'un faible volume de "salive onirique" accélérant le processus, et sa colère un peu retombée, la furie à crinière rouge commençait à douter de l'issue de son petit coup de gueule. Bah... Quoiqu'il en soit, ce qu'elle avait dit était vrai : l'attitude du Parasite semblait indiquer qu'il avait besoin d'eux pour une raison ou pour une autre. Cela augmentait considérablement les chances de survie de la dernière à avoir parlé... De plus, elle venait d'utiliser sans y faire attention une technique de négoce vieille comme le monde... Allez savoir, peut-être la détresse, palpable dans son comportement, avait fait du papillon un bon sujet au marchandage ?

_________________

Sienne aimerait qu'on lui fasse un bouquet de petites fleures des champs roses. Parce qu'elle aime vraiment bien ça. Sienne a également un papillon orange sur sa tête.
Y'a pas de E à "fleur" ! Ce papillon orange est nul en orthographe !
Aahahah ! Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPepel Gal Patchouli


Messages : 22
points d'esprit : 42
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Ven 4 Avr - 11:23

La petite créature n'avait pas apprécié les réclamations de Pepel et semblait plutôt frustrée de la tournure que prenait les choses. Après l'avoir "piqué" du bout des pattes et lui avoir proposé de rejoindre une lueur orangée à l'aura dégoutante au loin, ce qui ressemblait beaucoup à une proposition de suicide, il s'envola en direction de Sienne, ignorant le jeune homme, comme dans l'intention de le jeter, car il ne convenait pas à ses plans. Ses intentions paraissaient de plus en plus obscures à ses yeux. Ce n'est certainement pas de cette manière qu'il trouverait allié à sa cause pour sauver sa dimension de la menace du néant. Déjà qu'en s'y prenant avec toute la délicatesse et la bonne volonté du monde, les êtres vivants s'efforçaient de s'autodétruire le plus rapidement possible, ce dont il avait été lui-même témoin de ses yeux, il fallait au moins un peu de courtoisie pour sauver un monde. Alors pourquoi une telle chose existait seulement ? Ce n'était donc pas une créature apparue dans le but de rétablir un certain équilibre ? Et quel est l'intérêt d'avoir du pouvoir si c'est pour demander de l'aide sur quelque chose qu'on peut réaliser avec aisance ? Pepel doutait de plus en plus des pouvoirs de la bestiole. Il commençait même à penser que ce qu'il avait ressenti et interprété comme une aura de puissance n'était en fait qu'une réaction primaire à la vue d'un organisme inconnu dégageant un certain "type" de lumière, juste de la peur par instinct. Mais ce n'était que pure supposition. Parce qu'en même temps, si ce Parasite avait réellement besoin d'eux il n'aurait certainement pas parlé de la sorte.. pour peu qu'il soit un être réfléchis. Ce qui était sûr dans tous les cas, c'est que cette tirade que Pepel avait perçu comme un manque de respect l'avait atteint. Il s'apprêtait à répliquer de la façon la plus désagréable possible, mais Sienne pris les devants et coupa court à toutes ses intentions.

_Merde, j'en ai rien à foutre, de te ravir, mon gars ! Tu crois vraiment qu'on va t'aider pour tes beaux yeux ? Les putains de facettes, c'est pas mon truc, tu vois ! On t'a jamais appris à ne pas t'en prendre aux gens quand tu leur demande un service ? Autant dire que j'te faisais déjà pas confiance de base, mais là tu dépasses les limites du "patron chiant mais supportable" ! Tu sais ce que je crois ? Que t'as besoin de nous, sans quoi tu nous collerais pas comme ça comme un putain de chewing-gum sous ma semelle ! Et si t'as besoin de nous, mon "grand", il va falloir te montrer : 1) plus aimable, 2) plus honnête, ET TROISIÈMEMENT PLUS GÉNÉREUX SUR LES SALAIRES !! Quoiqu'il en soit, merci, mec, maintenant qu'on sait comment sortir, nous, on a plus besoin de toi, alors à moins que tu changes de ton, ciao, mec ! Viens, Pepel, on se casse !

Qu'elle disait. Cette jeune femme était décidément de bien bonne compagnie et remplissait parfaitement son rôle de brutasse accompagnatrice. Grace a cette beuglante, Pepel se sentait à moitié soulagé et retrouva un peu de son tempérament réfléchis. Il soupira un coup avec un air presque soulagé, répondant à la demoiselle :

- Finalement je ne suis pas sûr que cette chose ait vraiment besoin de nous. Il n'est pas très utile de négocier. A mon avis elle s'est juste excitée en voyant deux inconnus arriver dans son coin perdu et a voulu jouer.

Il se laissa tomber en arrière, faisant réapparaitre son immense siège derrière lui pour y poser son fessier, s'étirant un peu avant de fermer les yeux, tentant de réfléchir avec toute la décontraction du monde à ce qu'il fallait faire maintenant. Ils avaient donc en leur compagnie un ainé, mais qui n'était pas forcément un allié. Peut être même que cette histoire de peur était un farce de mauvais gout qu'il avait trouvé pour se divertir. Et si ce n'était pas ça, c'est que le papillon avait une autre idée derrière la tête pour se divertir à l'aide des deux humains. Dans le cas présent, il s'agirait du bottage de fesse des "semi-pensants" qui s'étaient perdus dans le néant... La deuxième option paraissait plus logique, plus réfléchis et bien plus mesquine de sa part. Le problème était que la vérification du fonctionnement de cette solution pour s'échapper ne se serait faite qu'après le bottage de fesse des semi-pensants.. Plutôt fourbe si ça ne représentait pour lui qu'un spectacle.. que Pepel pensait néanmoins trouver distrayant du point de vue du papillon. D'ailleurs, si les deux héros avaient été deux Siennes aussi impulsives que l'originale, qui ne se seraient pas entre tuées accessoirement, ce plan aurait certainement abouti qu'il se disait. S'auto-validant sur cette théorie mais ne trouvant pas de solution viable, il demanda à Sienne en continuant d'ignorer le Parasite car ne sachant pas trop comment s'y prendre avec lui

- Donc, qu'est ce qu'on fait Sienne ? Si on "botte le derrière" des personnages présents dans le néant comme l'autre l'appelle, ça équivaut à sauver ceux qui nous ont amenés ici en les remettant dans la dimension. Et en plus ça voudrait dire faire ce que l'autre veut, rien que par esprit de contradiction pour le bouder j'ai envie de pas le faire. Sinon, pour tester la solution découverte pour sortir, je suppose qu'il faudrait déjà méditer un peu pour nous rappeler nous-même de notre vie d'avant non ? Alors chacun dans son isoloir 5 min ?

Pepel fit apparaitre une grosse boite noire de 3 bons mètre cube avec une entrée en forme de.. porte. Certainement ce qu'il désignait par isoloir.

_________________
---------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLe Parasite


Messages : 30
points d'esprit : 106
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Jeu 10 Avr - 18:07

Le parasite s'arrêta net. Heureusement qu'il était possible pour lui de se figer et d'arrêter de battre des ailes sans tomber comme une pitoyable feuille morte. S'il ne se prenait pas pour une feuille, il se sentait néanmoins un peu pitoyable. Il avait visiblement perdu l'habitude d'être en situation de crise et agissait comme bon lui semblait, selon ses fantaisies douteuses et désagréables d'un point de vu extérieur. Il pouvait se consoler par le fait que ses deux compagnons n'étaient pas non plus animés de beaucoup de sérieux, mais plutôt par de l' "excentrisme" avancé. Comment ça le Parasite peut être caractérisé de la même façon ? Mh... passons.

Le Parasite n'écouta que d'une oreille le discourt de Sienne en réfléchissant sur ses actes. Butant seulement sur quelques une de ses expressions.
Il avait fait des blagues, plus ou moins drôles, mais dans tout les cas malvenues. - Comment ça elle n'aime pas les facettes ? Elles sont cool mes facettes !"
Ses discours manquaient effectivement cruellement de crédibilité. Il est certain que le fait de devoir se faire peur pour se sortir d'une mauvaise situation ressemble davantage à une blague qu'à n'importe quoi d'autre. - Ahahah ! Besoin d'eux ? Ahahahah ! Peut-être en faite... -
Pourquoi diable avait-il jeter l'idée de rejoindre l'abomination lumineuse prisonnière au fin fond du néant ? Cette pourriture méritait d'y rester sans que personne ne lui donne la satisfaction de penser à elle.

En tout cas, la pauvre créature se faisait définir "malhonnête" probablement durant le seule moment de sa vie où elle était emprunt de la plus grande bonne volonté possible à son échelle. Il faut croire que son comportement général lui ait supprimer toutes possibilités d'inspirer confiance. Il faudra qu'il y travail ! S'il sort d'ici, ce sera son premier objectif.

Heureusement, Pepel lui donnait une chance d'amener des réflexions dans un contexte plus calme et réfléchi. Ceci lui faisait mériter le pardon de parler du Parasite à la troisième personne.
Après avoir prononcé ces paroles qui semblaient plutôt sages, l'homme fit apparaître une boite dans laquelle il s'enferma et qui parût comme une fantaisie inutile au petit être. Mais il laissa de côté son point de vue sur la question et s'essaya à des paroles pour une fois raisonnable.
- Il n'y a pas de soleil pour me taper sur la tête, mais je crois que cet environnement l'a néanmoins altérée. J'espère que vous m'excuserez mes fantaisies et mes écarts. De-
Le Parasite, prenant subitement un niveau dans l'atout social "avoir conscience de ses paroles", ravala le mot "demoiselle" qu'il allait prononcé et opta pour un champs lexical plus simple, que semblait apprécier la jeune femme.
- Sienne... vous avez raison. Je manque de "tact". Même si je pense qu'il ne méritait pas une réaction aussi acharnée... quoi qu'elle a le mérite de donner un peu de forme et de couleur à ce lieu. Enfin... Bref... Dans la dimension normale, mes capacités sont plus grandes. Certains esprits ici pourront peut-être vous le confirmer. Je comptais bien-sûr récompenser ceux qui le méritent, une fois ce désagrément terminé. Je comptais vous en parler une fois arrivé au lieu que je vous ai indiqué. Car c'est là bas que j'ai mis à disposition toutes les informations potentiellement nécessaires pour résoudre les problèmes actuels que posent le néant.
Mh... Et après réflexion, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'aller vers cette lumière. L'entité qui s'y trouve est puissante, mais elle ne mérite pas l'expérience d'une attention, même moindre.


La Parasite avait prit soin de ne pas parler de l'éventuel besoin d'aide qui le motivait. Ce n'était jamais arrivé et il n'y avait donc pas de fonction pour traiter cette possibilité dans l'algorithme de son existence.
Ne pouvant retenir la totalité de son mécontentement face à l'ignorance de Pepel, il s'appliqua à parler de lui à la troisième personne également.
-Son idée est plutôt réfléchi, peut-être devriez vous faire de même.

A ses derniers mots, il s'interrogea sur l'utilité de pratiquer cette réflexion pour lui-même. Mais son ego l'empêchait d’admettre la seule possibilité de craindre quelque chose. Ce qui était en soit assez désespérant et un tremblement de malaise parcouru la surface du papillon.

De quoi pourrait-il bien avoir peur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-dimension.forums-rpg.com/
avatarSienne Carmin


Messages : 81
points d'esprit : 88

Feuille de personnage
:
MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   Sam 12 Avr - 12:05

Le premier effet visible du coup de gueule de Sienne fut un soupir soulagé de la part de Pepel, suivi d'un "bug" du parasite. Ce dernier se stoppa net : ses ailes cessèrent de papillonner, et il resta là, suspendu en l'air, comme si on l'avait épinglé dans une collection d'entomologiste. Bien fait, tiens ! Même si Sienne était plus partisane de la méthode brute dite "du coup de poing dans la gueule", qui ne laissait que très rarement les cibles en état d'être exposées comme exemples d'anatomie bien conservée, l'idée de voir ce cauchemar orangé trempé dans le formol et transpercé de part en part par une épingle n'était pas pour lui déplaire. Hun, hun, hun.

Le jeune homme aux lunettes rouges la sortit de sa rêverie un poil malsaine par la mise en doute que le papillon luminescent ait réellement besoin d'eux, et par la réapparition de son siège "design". Elle lui répondit par un petit sourire entendu ; l'intéressé n'avait toujours pas bougé d'une antenne. Sa réaction, ainsi que le fait qu'elle ne soit pas à l'état de carpaccio, semblaient pourtant indiquer qu'elle avait touché une corde sensible... Bah. Si elle ne s'était pas trompée, leur indifférence à son endroit ne ferait qu'augmenter l'effet du marchandage... La punkette se désintéressa donc complètement de l'improbable spectacle d'insecte en lévitation qui se déroulait en face d'elle. Le supposé scientifique n'en démordait pas sur ses intentions de ne pas botter le train de la bande de larves qui les avaient amenés là. Hell, oui, ça les sauverait, mais la brutasse préférait voir ça comme une "non-assistance à personnes en danger" que comme une bête "sauver une bande de glandus d'un sort qu'ils méritent". Et oui, ça ferait plaisir à la pièce de collection qui échappait jusque là au formol ; en revanche, elle ne trouvait aucun moyen satisfaisant de justifier cette option...

"Miss l'aventurière" resta silencieuse, l'air un peu grognon, réfléchissant à un moyen de raccommoder son envie de taper des trucs et son esprit de contradiction. Elle acquiesça d'un grognement à la dernière proposition de son compagnon d'infortune. Au même moment, le lépidoptère lumineux sembla revenir à la vie et débita un flot de paroles sur un ton doucereux. Il avoua également que la direction qu'il avait indiquée à Pepel n'était finalement pas une si bonne idée, mentionnant une créature "qui ne méritait pas leur attention". Tiens donc ! Sa supposition quant au fait qu'il ait besoin d'eux semblait se confirmer. Quoiqu'il en soit, même si il promettait une récompense, il n'en avait pas encore annoncé la couleur... Et même si elle s'était un peu défoulée avec sa dernière tirade, Sienne était toujours autant en rogne contre la décoration de Noël papillonnante. Elle lui adressant geste universellement reconnu comme insultant, impliquant son bras et son poing fermé, ainsi la main opposée, et se détourna, un petit sourire aux lèvres provoqué par la vue de l'"isoloir" de Pepel.

Elle fit ensuite apparaître une baignoire, un rideau de douche qui en faisait tout le tour et une vieille sono. Disparaissant dans son "isoloir", elle se plongea toute habillée dans l'eau chaude, ne prenant la peine d'enlever que ses rangers, et claqua des doigts, lançant la musique bien plus fort qu'il n'est habituellement considéré raisonnable, et commença à jouer avec une mèche de cheveux mouillée tout en réfléchissant. Elle ne savait pas combien de temps elle avait avant d'être elle-même en danger de désintégration ici bas, aussi avait-elle intérêt à trouver une sortie de secours le plus tôt possible, quitte à ne pas l'utiliser de suite. Cependant, elle doutait que cinq minutes suffisent... Quoiqu'il en soit, elle pouvait toujours tâcher de se remémorer les 24 heure qui avaient précédé son arrivée ici ; elle avait l'habitude des blackout provoqués par l'alcool (ou d'autres substances... récréatives...), mais ils ne duraient jamais aussi longtemps, et n'arrivaient pas dans des circonstances aussi étranges...

Les yeux fermés, la tête penchée en arrière et plongeant dans l'eau presque jusqu'aux narines, battant la mesure avec son pied, la punkette commença à tenter de se rafraîchir la mémoire...

La fin de la chanson arrivée, elle s'assit dans son bain et poussa un nouveau grognement. Elle ne réussissait pas à se souvenir d'autre chose que l'affaire sur laquelle elle travaillait avant de "disparaître". C'était troublant... Peut-être avait-elle été tuée, après tout ? Cet endroit ressemblait bien à un quelconque purgatoire ; peut-être croire à un quelconque paradis de son vivant aurait été un bon investissement... Quoiqu'il en soit, si forcer la mémoire à revenir était possible, elle en était bien incapable. Elle se leva, et d'un claquement de doigts fit se volatiliser dans un "psshhht" tout ce qu'elle avait créé, y compris l'eau qui imbibait ses cheveux et ses vêtements. Pepel ne devrait plus en avoir pour très longtemps... En attendant qu'il sorte de sa boîte noire, elle s'assit par terre et fit apparaître une bière dans sa main droite. Elle la sirota ensuite en lançant de temps en temps un regard moqueur à la minuscule mais puissante créature en fredonnant certaines des paroles de la chanson qu'elle venait de faire jouer, et en relaçant ses bottes à ses pieds.

_________________

Sienne aimerait qu'on lui fasse un bouquet de petites fleures des champs roses. Parce qu'elle aime vraiment bien ça. Sienne a également un papillon orange sur sa tête.
Y'a pas de E à "fleur" ! Ce papillon orange est nul en orthographe !
Aahahah ! Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre invraisemblable [2/2] [occupé].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis très occupé ...
» Personne n’est trop occupé. Ce n’est qu’une question de priorités | Naora
» Très occupé au travail
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Un Chambellan bien occupé ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Dimension des Songes :: Dimensions des Eesprits :: Le néant (402)-